Faire barrage à l’extrême droite et lutter pour le progrès social et la démocratie (déclaration confédérale)

Faire barrage à l’extrême droite et lutter pour le progrès social et la démocratie

 

Les résultats du premier tour des élections présidentielles françaises confirment les risques pour la démocratie, les droits des salariés et des citoyens.

Ils sont les résultats des politiques libérales, des lois régressives, des remises en cause des droits, comme des renoncements des gouvernements successifs à œuvrer véritablement pour la justice sociale et la réponse aux besoins sociaux et environnementaux. Pour autant, depuis des mois, de nombreux salariés et citoyens contestent ces choix, s’opposent aux mauvais coups, tels la loi travail et la loi Macron et se mobilisent avec leurs organisations syndicales, notamment la CGT.

Pour la deuxième fois dans le pays, sous la Vème République, une candidature d’extrême droite, représentée par le front national, sera présente au second tour des élections présidentielles. C’est un danger pour la démocratie, la cohésion sociale et le monde du travail. Les gouvernements, qui depuis 2002 se sont succédés sans jamais répondre aux aspirations légitimes à plus de justice sociale, sans ouvrir de perspectives d’avenir meilleur, en portent une lourde responsabilité !

La CGT ne se résoudra jamais à accepter un tel scénario. Elle affirme que les salariés doivent, plus nombreux et plus fort, exprimer leurs attentes et leurs exigences revendicatives, faire grandir des mobilisations convergentes capables d’imposer un rapport de force pour gagner de nouveaux droits. Seul le progrès social favorise les solidarités, participe à combattre l’exclusion, les stigmatisations, les mises en concurrence.

L’utilisation des peurs, du terrorisme, les amalgames éhontés entendus lors de la campagne, la xénophobie, le racisme, le sexisme et l’homophobie, la préférence nationale ne résoudront pas les inégalités, le chômage et les bas salaires.
La CGT les combat et les combattra sans relâche ! Elle n’aura de cesse de faire barrage à l’extrême droite ! Pas une voix ne doit se porter sur sa candidate !

 

 

L’autoritarisme des gouvernements successifs, les engagements non tenus ou les reniements, le renoncement à une Europe sociale, les dénis de démocratie, l’utilisation à répétition du 49.3 et les politiques menées ont cultivé la désespérance et le fatalisme d’une partie de la population. Cela est renforcé par la casse de l’industrie et des services publics, la montée du chômage et de la précarité, l’abandon des zones rurales et périurbaines.

La CGT ne croit pas en l’Homme providentiel et c’est la raison pour laquelle, elle revendique une véritable démocratie et de véritables droits d’expression et d’intervention dans toutes les entreprises et les services. Elle propose des alternatives sociales comme, par exemple, l’augmentation des salaires, des pensions et minima sociaux, les 32 heures pour travailler toutes et tous, travailler mieux et moins.

La CGT appelle l’ensemble des salariés et des organisations syndicales à faire du 1er mai une journée de mobilisation, de lutte et d’expression revendicative exceptionnelle, une journée de rassemblement pour les droits des travailleurs, le progrès social, la liberté, l’égalité, la justice, la fraternité, la paix, la démocratie et la solidarité internationale.

 

Déclaration de la CGT au conseil de Surveillance du 30 juin – GHT G10

Monsieur le Maire, Président du Conseil de Surveillance,

Mesdames et messieurs les administrateurs,

Nous sommes consultés ce jour, pour ou contre le G10, pour ou contre Lille en hôpital support.
« Le GHT c’est la loi », comme l’a déclaré notre Directrice à la presse.
Afin de suivre la loi, tout en préservant leur bassin de population, les hôpitaux de Douai et Somain ont choisi de faire le GHT Douai-Somain.
Cela relève d’un courage politique, d’un respect de la population.
Nous avons longtemps cru, suite à notre conseil de surveillance du 4 mai que les maires du versant Nord-Est (Roubaix-Tourcoing-Wattrelos, mais aussi Hem, Wasquehal, Leers et communes environnantes) défendraient leurs administrés et électeurs, défendraient un hôpital de proximité.
Le monstre du regroupement de dix hôpitaux, le plus gros GHT de France, l’aberration économique, la casse programmée de l’accompagnement médical des populations en difficulté du versant Nord-Est a malgré nos positions majoritaires le 4 mai continué à s’ancrer dans nos hôpitaux et à progresser comme un cancer. Ce mot de cancer, nous l’avons choisi, car cette maladie, nous ne pourrons peut-être plus la soigner demain à proximité.
Les maires du versant Nord-Est se sont alignés.
Nous allons voter.
Pour la CGT, représentant le personnel, le choix est clair: une consultation du personnel faite dans la précipitation, suite aux atermoiements  des maires de Roubaix-Tourcoing-Wattrelos qui nous ont fait croire qu’ils nous écoutaient, a donné 302 voix contre, 6 pour et 4 blancs. Pour nous ce sera non.
Pour l’ensemble des syndicats CGT du versant Nord-Est le choix est clair, c’est non.
Pour Lille, la CGT, premier syndicat, dénonce le GHT sachant que si ses emplois directs ne sont pas menacés autant qu’ils le sont chez nous, il devront récupérer nos patients sans effectifs supplémentaires. Pour Lille, le tribunal a cassé les élections, laissant le champs libre à la Présidente du conseil de surveillance, mais il est clair que le choix du CTE aurait été non.
Pour les médecins, qui se sont réunis mardi en CME, ils s’abstiendront, sauf à ne pas respecter la position de leurs confrères (9 oui, 3 non et 19 abstentions).
Pour le représentant de la CSIMRT il devra lui aussi respecter le vote contre de ses pairs.
Pour les élus, vont-ils se positionner pour le respect de leur population ou vont-il s’incliner devant le diktat de l’ARS et du maire de Lille ?
Reste parmi nous les représentant des usagers et c’est à eux que nous nous adressons:
– souhaitez-vous voir demain, pour les usagers que vous représentez voir disparaître les soins publics de proximité ?
– souhaitez-vous demain mettre en place des regroupements logistiques, aux mains de hiérarques qui organiserons notre territoire en logistique de livraison via de grands groupes ou souhaitez-vous une logique de proximité privilégiant les PME du versant Nord-Est?
– souhaitez vous voir disparaître sur nos 10 hôpitaux 2200 postes de soignant?
Nous nous sommes, ensemble, prononcé pour que la stérilisation reste sur Roubaix, moins coûteuse, plus efficace, évitant un va et vient de camions.
Nous devons, au même titre, nous prononcer contre le GHT, contre cette ineptie.
Nous devons nous réapproprier notre territoire de santé, la santé de nos populations.
Nous entendons déjà certaines voix autour de la table prétendre qu’il vaut mieux, dans notre intérêt, voter pour le GHT et nous faire Hara-Kiri.
Nous avons espoir en la volonté de reprendre le contrôle de notre avenir, la volonté politique de travailler pour les populations, la volonté de dire aux oligarques que c’est à nous de décider.
Nous avons espoir en la clairvoyance de chaque administrateur

 

Résultat du vote: 1 Pour (un des représentants des usagers), 2 contre (CGT, CSIMRT), 10 abstentions

Le conseil de surveillance a voté contre à la majorité